L’histoire de la maison

Belle Noë en 2006 (face ouest)

Trois siècles d’Histoire
Belle-Noë est édifiée au début du XVIII ème siècle par le chevalier Georges de La Haye, seigneur d’Andouillé et de Cesson.

Elle devient dans la seconde moitié du XVIII la propriété de Gilles-François Sébire. Agriculteur, administrateur suppléant du Directoire et membre du comité d’agriculture, il s’engagea pour obtenir des fonds pour réparer et entretenir les digues du marais de Dol. L’almanach royal de 1792 rapporte que : « cet honorable est plus occupé à cultiver sa terre que son esprit. Il a eu raison, il y trouvait mieux son compte ». (l’humour n’est pas charitable…).

Après restauration (2008)

La révolution survint
Devenue pendant quelques années la propriété de Denis Basile Lothon, directeur des domaines à St Malo, elle entre en 1826 dans la famille Surcouf : Robert Surcouf, capitaine de navires corsaires et armateur malouin venait s’y reposer, mais il n’en profita guère car il mourut le 8 juillet 1827.

Transmise à ses enfants, puis petits neveux, Belle-Noë est délaissée et, comme beaucoup d’autres malouinières du pays de st Malo, elle devient un bâtiment agricole occupé par la famille Collichet, les anciens métayers, devenus propriétaires en 1922.

Ainsi figée dans le temps, Belle-Noë ne subit aucune transformation et se trouvait encore en 2005 dans l’état où l’avaient laissée ses maîtres d’autrefois.